Surfaçage de la glace ...vraiment ?

La première patinoire artificielle en territoire canadien fut réalisée à Québec en 1856. Depuis, plusieurs technologies, tant au niveau des bandes, de la réfrigération et de tous les autres systèmes connexes permettant la fabrication de la glace ont marqué l’évolution afin de faciliter l’implantation d’une surface glacée.

Étrangement malgré l’évolution des technologies environnantes, deux aspects fondamentaux, les plus prêts pour la réalisation d’une surface glacée, n’ont pratiquement pas évolué au fil du temps : l’utilisation de la matière première que sont l’eau et la méthodologie ou le processus mécanique de la fabrication et de l’entretien d’une surface glacée. Le processus mécanique de la fabrication et l’entretien de la surface glacée demeurent très peu documentés .

Les méthodologies de fabrication et d’entretien n’ont pratiquement pas évolué depuis plus de 60 ans. Le principe même régissant les étapes de l’entretien d’une surface glacée, n’a pas évolué depuis l’invention de la surfaceuse : Araser, laver et polir, tel sont les étapes d’entretien.

D’autre part l'eau est une des substances les plus insolites sur la terre et son étude approfondie peut s’avérer très complexe. Elle peut revêtir plusieurs aspects dont la forme solide : la glace. L’évaluation de sa qualité pour une surface glacée est étrangement très peu documentée. Par définition, le contrôle qualité est une opération permettant de déterminer la conformité ou non d'un produit. Donc, pour effectuer un contrôle qualité sur une surface glacée, il faut au préalable en déterminer les caractéristiques. Bref, répondre à la question : qu’est-ce qui caractérise une bonne surface glacée ? Il faut également définir les limites (tolérances) de ces caractéristiques significatives. Or, très peu de ces caractéristiques sont actuellement définies et encore moins corroborées scientifiquement. Toujours en lien avec le contrôle qualité et suite à l’identification des caractéristiques, il faut établir les outils et méthodes adéquates de mesure de ces caractéristiques. Et finalement, le contrôle qualité implique qu'à l'issue de la mesure des caractéristiques, une décision soit prise en ce qui concerne la conformité de la surface glacée.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, malgré l’utilisation de systèmes de réfrigération de pointe, le contrôle de la qualité des surfaces glacées, même dans les milieux professionnels comme la Ligne nationale de hockey, est encore aujourd’hui presque d’exclusivement une affaire de jugement et d’appréciation qualitative !

Dans les opérations quotidiennes d’un aréna type, il est nécessaire d’effectuer un entretien de la surface glacée à une certaine fréquence lorsque celle-ci est utilisée. L’opération qui consiste à entretenir la surface glacée s’appelle : le surfaçage. Selon la définition de l’Office de la langue française, c’est : « Traitement d’entretien d’une surface glacée visant à régulariser la surface et en éliminer les aspérités»